topblog Ivoire blogs

21/02/2014

MESSAGE DE L'AIRD DU MINISTRE ERIC KAHE A LA CONVENTION DU FPI DE FÉVRIER 2014

«Un FPI engagé, fort pour une Côte d'Ivoire solidaire, libre, démocratique et souveraine». Tel est le thème de la présente Convention de votre parti à laquelle l’Alliance Ivoirienne pour la République et la Démocratie (AIRD) est fière de prendre part. L’invitation reçue de vous est un honneur qui ne nous surprend guère mais que nous apprécions à sa juste valeur.

Lire la suite

31/01/2014

L'AIRD APPELLE À LA COHÉSION AU SEIN DE L'OPPOSITION

Le jeudi 23 janvier dernier, onze partis politiques de l’opposition ivoirienne se sont retrouvés à l’initiative d’une formation politique membre du CNRD. Cette rencontre avait pour objectif de jeter les bases d’une concertation, que tous souhaitent pérenne, devant permettre à l’opposition d’harmoniser ses analyses afin de parler d’une même voix dans le cadre du dialogue politique souhaité par l’ensemble de la classe politique et tous les Ivoiriens.

L’Alliance Ivoirienne pour la République et la Démocratie (AIRD) se réjouit de l’initiative de cette rencontre et de sa tenue effective et remercie vivement tous les responsables des partis frères qui y ont pris part. L’AIRD qui a hâte de voir que soit mis fin à plus de dix ans de dramatiques souffrances de millions d’Ivoiriens dont certains à présent dans des camps de réfugiés, encourage tous les acteurs politiques à soutenir une telle démarche qui ne lèse les intérêts de personne et ne saurait constituer un front contre le gouvernement ou un groupe de partis politiques. L’objectif essentiel est la cessation de la belligérance permanente afin que l’apaisement profite au peuple ivoirien et singulièrement aux jeunes, aux femmes et aux personnes vulnérables. En mettant sur la table les acquis des précédents cadres de négociation, nous avancerons plus vite sur les points de divergence qui exigeront, comme le veut toute négociation, des concessions, dans le respect bien compris des normes de la démocratie et de l’état de droit.

 

En effet, si pour certains les objectifs du dialogue politique ne sont pas clairement définis, ceux de tous les partis de l’opposition semblent très précis depuis 2011.

D’une part, nous sommes tous soucieux de la libération de tous les prisonniers politiques ainsi que du retour et du rétablissement des exilés dans leurs biens. Ce qui suppose bien sûr des mesures d’accompagnement, compte tenu du saccage des nombreux domiciles et des expropriations illégales des terres.

D’autre part, nous avons tous souligné le nécessaire rétablissement sur l’ensemble du territoire des conditions justes et équitables pour des activités politiques, économiques et sociales dignes d’un état de droit.

 Devant la clarté de ces communes aspirations et l’urgence du pacte républicain, nous appelons tous les partis de l’opposition à taire leurs frustrations passagères pour ne regarder que les terribles souffrances de nos populations, la profonde meurtrissure que vit notre pays.

 Les souffrances des prisonniers et des exilés, celles de la jeunesse qui erre sans savoir où va le pays, l’angoisse aussi des travailleurs qui se demandent ce que sera demain, le désarroi des paysans mal récompensés de leurs efforts, les commerçants soumis aux braquages de bandits, etc. tout cela doit nous obliger à  accepter l’étroite collaboration que propose le cadre de cette plateforme. Il nous faut en effet nourrir nos convictions de propositions claires avec des mesures d’accompagnement pour sortir de l’impasse politique, sociale et humaine que connaît notre pays.

Voici donc venue l’heure de nous montrer profondément démocrates et soucieux de l’intérêt national. C’est la Côte d’Ivoire qui nous appelle ! L’entendons-nous ? 

aird,eric kahe,opposition ivoirienne,opposition significative

Le Comité de Direction de l’AIRD (Alliance Ivoirienne pour la République et la Démocratie), réuni en séance extraordinaire ce lundi 27 janvier 2014 sous la direction du président intérimaire, le camarade Luc GNEPA, après consultation du président du parti en exil, le camarade KAHE Eric, donne mandat à la délégation de l’AIRD pour une participation constructive à cette plateforme. Le Comité de Direction demeure très attentif à l’évolution des travaux.

Le camarade GNEPA Luc

Président Intérimaire de l’AIRD

 

01:38 Publié dans Déclarations de la Direction de l'AIRD | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

11/12/2013

DÉCLARATION DE L’AIRD, SUITE AUX OBSÈQUES DU PRÉSIDENT NELSON MANDELA

Aujourd’hui, mardi 10 décembre 2013, le monde entier salue la mémoire du président Nelson Mandela. Une journée pas comme les autres dans la vie des Africains de toutes les nations et de tous les horizons.

Chacun aura vu les mains des dirigeants américain et cubain unis dans l’histoire.
Chacun aura entendu tous ces dirigeants qui soulignaient la plus grande force de Mandela: s’appuyer sur les meilleures valeurs humaines.

Tous l'ont clairement exprimé: Madiba a libéré les prisonniers, mais il a aussi libéré les geôliers.

L’AIRD (Alliance Ivoirienne pour la République et la Démocratie) estime qu’il n’y a pas de salut, pour l’humanité, autre que la recherche d’un développement dans la tolérance et la liberté. C’est le message de Mandela, du président Mandela, que nous devons entendre, garder et faire vivre. Nous espérons sincèrement que l’ensemble des composantes politiques de Côte d’Ivoire auront entendu le message, qu’ils auront décidé de le faire leur et de le faire vivre pour que les peuples de notre pays, hier jetés dans la tourmente, la peur et la haine
puisse retrouver le chemin de la fraternité et de la sérénité.


Eric Kahé

Président de l'AIRD

 



00:06 Publié dans Déclarations de la Direction de l'AIRD | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

20/02/2012

Déclaration du 18/02/2012 de l'AIRD relative aux violences dans le pays

DSC_0008.jpg

Alors que la CAN était présentée comme une occasion de réconciliation entre les Ivoiriens, c'est au lendemain de la brillante participation des "Eléphants" que la Côte d'Ivoire est traversée par un vent de violences contre les populations, d'est en ouest, notamment à Arrah impliquant des éléments des Forces Républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI) et à Kouibly avec l'attaque d'un village ivoirien par des ressortissants Burkinabé en représailles, croit-on, à une action de coupeurs de route. Ces violences ont, comme à l'accoutumée macabre, fait de nombreuses et innocentes victimes.

L'Alliance Ivoirienne pour la République et la Démocratie (AIRD) s'incline avec respect devant la mémoire des victimes de tous bords et présente ses condoléances aux familles à nouveau éplorées et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. L'AIRD note, qu'à l'exception de Vavoua où des violences, ayant opposé des FRCI à des populations nordistes ont fait l'objet de condamnation ferme de la part du régime avec annonce de mesures, les autres violences et exactions qui interviennent si régulièrement entre les FRCI et les populations non nordistes semblent faire l'objet d'une autre gestion.

Le silence du pouvoir ou les justifications tantôt partisanes, tantôt complaisantes de certains membres du gouvernement sont malheureusement interprétés par les auteurs de ces violences et exactions comme une caution. Or, ces violences prétendument présentées comme des actions de représailles, ou de vengeance par rapport à un passé plus ou moins lointain, ou même de soutien ethnique au régime ne sont que des prétextes aux pillages et aux vols, portant ainsi un coup à l'économie nationale, à la réconciliation nationale et à la paix. Notre pays rentre sournoisement dans un système de braquages à ciel ouvert: braquages politiques, braquages économiques, braquages culturels et intellectuels, etc.

Certes le contexte est particulier et inédit, mais dans un climat politique à plusieurs centres de décisions, où le chantage le dispute à la peur, seuls le courage et le sens des responsabilités nationales et collectives conduisent au succès. Le pouvoir ivoirien ne peut en faire l'économie, au risque de s'auto désintégrer. Ce n'est ni par l'émission de mandats d'arrêt internationaux contre ceux qui osent s'exprimer sur la grave situation du pays, ni par le soutien des puissances étrangères, ni par le canal des organisations sous-régionales dont la direction n'a jamais été convoitée par le président Félix Houphouët-Boigny (FHB) que la réconciliation interviendra en Côte d'Ivoire, même si l'AIRD félicite le Chef de l'Etat pour ses nouvelles responsabilités au sein de la CEDEAO.

L'AIRD, dont de nombreux militants sont originaires du Nord, s'inquiète de la dangereuse dérive ethnique qui ne profite qu'à une minorité mais dont l'écrasante majorité des Nordistes qui la désapprouve en silence pourrait faire les frais. En effet, il est dangereux de constater que la politique politicienne semble de plus en plus faire percevoir une région et une religion comme les ennemis de toutes les autres régions et religions du pays, alors que le régime était attendu sur la mise en œuvre du "vivre ensemble".

D'ores et déjà, l'AIRD, membre fondateur du CNRD, invite les Ivoiriens au discernement, au dépassement, à la tolérance, au pardon, à l'amour vigilant et à l'unité nationale devant l'accumulation grandissante des ingrédients d'une guerre civile.

L'AIRD remercie et félicite tous les responsables politiques qui, y compris au sein du RHDP, élèvent avec courage et sincérité la voix pour désamorcer l'orage qui se profile à l'horizon.

Enfin, l'AIRD réitère son invitation au chef de l'état et au gouvernement à la prise des mesures urgentes et idoines en vue de l'apaisement, à commencer par la condamnation sans équivoque de la violence de leurs partisans et par un dialogue républicain inclusif auquel n'ont de cesse de les inviter la communauté nationale et internationale, entendu qu'un choix politique ou un vote en faveur du président Laurent Gbagbo ne sauraient être des fautes à expier toute la vie.

Fait à Abidjan le 18 Février 2012 - La Direction de l'AIRD.

 

03:38 Publié dans Déclarations de la Direction de l'AIRD | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

22/01/2012

Déclaration de la Direction de l'AIRD suite aux évènements de Yopougon

Aird_Declaration 2012 0121.jpg


Le 21 janvier 2012, le Front Populaire Ivoirine (FPI), parti politique fondé par le président Laurent Gbagbo, a organisé son meeting de rentrée politique à Yopougon, place FICGAYO. L'Alliance Ivoirienne pour la République et la Démocratie (AIRD), alliée du FPI au sein du Congrès National de la Résistance pour la Démocratie (CNRD) a naturellement appelé ses cadres, militants et sympathisants à se mobiliser pour participer à ce grand rassemblement pacifique régulièrement autorisé par le Gouvernement.

Malheureusement, cette activité politique banale qui participe de la vie démocratique qui n'a de sens sans la liberté de rassemblement et d'expression, a été violemment agressée et sabotée par des individus présentés comme des militants du RDR, le parti présidé par le chef de l'Etat Alassane Ouattara. Alors même qu'aucun propos ou acte d'atteinte aux valeurs républicaines n'a été tenu ou posé depuis l'annonce de ce meeting ni sur le lieu de l'activité.

Outre les pillages des biens privés, le vol et les destructions des chaises et équipements logistiques de la manifestation, on dénombre des morts et une cinquantaine de blessés dont des cas graves. Plusieurs militants de l'AIRD figurent parmi les victimes de cette barbarie. De sources diplomatiques concordantes et selon certaines organisations de défense de droits de l'Homme, les agresseurs qui seraient des partisans du régime ont lancé par vagues successives des pierres aux manifestants réunis dans la discipline.

La direction de l'AIRD:

- s'incline respectueusement devant les martyrs de la quête démocratique et présente ses vœux de prompt rétablissement aux blessés auprès desquels elle se tient;

- exprime sa préoccupation et sa profonde indignation devant ces actes récurrents de violence et de graves atteintes aux droits humains et à la liberté d'expression contre l'opposition politique en Côte d'Ivoire depuis l'avènement du nouveau régime et qui annihilent les avancées démocratiques, hypothèquent dangereusement la stabilité politique, la paix et la cohésion sociales;

- déplore et condamne cette situation qui traduit la faillite de l'état et la démission de fait du gouvernement qui tolère l'utilisation permanente et inadmissible de la violence tantôt par les Forces Républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI) ou leurs supplétifs, tantôt par les partisans du pouvoir ivoirien.

L'AIRD s'insurge contre la violence, l'extrémisme et la politique de haine contre l'opposition plurielle et appelle à la cessation immédiate de ces actes qui desservent l'appel à la réconciliation nationale et l'image du chef de l'Etat, président du RDR, tout en rendant ses engagements, en faveur d'un état de droit, de moins en moins lisibles, affectant ainsi négativement l'image de notre pays. Faute de quoi, le gouvernement devra en tirer l'unique conséquence minimale qui ne peut être que sa démission.

Fait à Abidjan le 21 janvier 2012
La Direction de l'Aird.

14:52 Publié dans Déclarations de la Direction de l'AIRD | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |  Imprimer | |

10/05/2006

MISE AU POINT DE L'IRD (INITIATIVE RÉPUBLICAINE ET DÉMOCRATIQUE) DANS FRATERNITÉ MATIN

 

Suite à une interview parue dans le numéro 12452 du quotidien FRATERNITE MATIN du mercredi 10 mai 2006, de nombreux ivoiriens et amis étrangers n'ont de cesse de nous interroger sur notre rôle réel dans la création du nouveau parti politique qu'est l'URD. Certainement à cause de la déclaration selon laquelle "de l'IRD à l'URD, il n'y a qu'un pas franchi parce que la seule voie logique et raisonnable était d'aboutir à la formation d'un Parti". Président de l'IRD, nous avons, mes camarades et moi, de tout temps privilégié le dialogue avec la base, et toute évolution de notre projet doit se faire avec son appui, son aval et son adhésion forte et libre. Tout en nous réjouissant que l'espace politique ivoirien s'enrichisse d'un parti politique qui s'inspire essentiellement de l'IRD et dont les animateurs nous honorent en citant nommément certains des nôtres pour le rôle joué au niveau de l'IRD, l'honnêteté intellectuelle nous fait obligation de préciser que nous ne sommes ni membre fondateur de l'URD, ni même membre de sa direction, la réflexion à laquelle nous avions été invités à ce sujet n'ayant pu aboutir à une plate forme conforme aux valeurs que nous professons. Toutefois, nous entendons respecter le choix de ceux qui n'ont pas cru devoir tenir compte de nos réserves.

En plein accord avec le Doyen Paul GUI DIBO – lui aussi cité dans l'article - et la quasi totalité de l'équipe qui a animé au quotidien l'IRD, nous avons opté pour faire évoluer l'IRD sur la base d'une démarche, d'une stratégie de maintien de la flamme militante de nos partisans et de conquête de l'opinion ivoirienne par un projet de société qui s'appuierait sur des bases consensuelles et démocratiques à partir du socle des valeurs républicaines dont la défense nous a valu, nous osons le croire, l'estime de certains de nos compatriotes. C'est l'occasion pour nous de féliciter les militants et membres fondateurs de ce nouveau parti à qui nous souhaitons plein succès.

Nous adressons particulièrement nos remerciements sincères et émus à tous ceux, militants et sympathisants ou même amis, qui nous ont soutenu tout au long de ce combat que nous avons mené les mains nues, à l'instar des patriotes dont l'exemplarité de l'engagement nous a conduit à nous jeter très tôt, sans opportunisme, dans la bataille et dont le soutien nous a permis de faire face avec dignité à toutes les attaques, y compris celles de nos résidences. Nous entendons les associer pleinement à tout projet de transformation de l'IRD qui continuera, pour l'instant, de jouer sa partition au sein du CNRD dont il est signataire de la Charte et aux côtés de tous les résistants pour une Côte d'Ivoire démocratique, fraternelle, unie, solidaire et libre de toute oppression ou chantage mais résolument tournée vers la pratique de la vérité.

Fait à Abidjan le 10 mai 2006

 

Pour l'IRD

Le Président

Le Ministre Éric KAHE