topblog Ivoire blogs

01/02/2015

DÉCLARATION DU MINISTRE ERIC KAHE, RELATIVE AUX ENLÈVEMENTS D’ENFANTS

Depuis plusieurs semaines, la Côte d'Ivoire est secouée par un curieux phénomène d’enlèvements, d’assassinats et de disparitions d’enfants, sans distinction de sexe. On assiste à des mutilations d’enfants, certains égorgés ou la tête tranchée. Dans une horreur inimaginable qui touche à ce jour plus d’une vingtaine d’enfants, selon des informations relayées par la presse!

C’est à se demander quel cœur a-t-on pour égorger un enfant à la machette, le vider de son sang et lui prélever des organes ! Alors même que certaines personnes sont incapables de réserver pareil traitement à un agouti ou même à un poulet. Même des siècles derrière nous, il fallait une guillotine !

Cette situation est d’autant plus choquante et inacceptable que ce sont des enfants. C’est-à-dire des créatures à l’âge innocent, à l’âge de la pureté, qui n’aspirent qu’au bien et qui nous aiment tant. Dans un enfant il n’y a que de la blancheur, même si ses vêtements sont trempés de boue par le jeu, signe de sa liberté. L’enfant c’est avant tout l’avenir.

Je voudrais présenter ma sincère compassion aux familles touchées par ce qui est inqualifiable. Je mesure le poids de leur douleur et leur grande détresse partagée. Nous sommes vraiment à leurs côtés, en soutiens fraternels car aucun dédommagement ne peut soulager une telle tragédie.

Cette situation est une horreur et une forme de terrorisme puisqu’elle crée la terreur au sein de la population qui découvre des rituels d’un satanisme radical. La désinvolture de certains présumés coupables devant les caméras mérite d'être analysée.

Certains observateurs de la vie sociale ivoirienne se disent peu surpris par ce qui n’est qu’une des conséquences de notre récent passé. En effet, depuis quelques années, nous avons décidé de nous taire sur les violences et les rituels sataniques.

En attendant donc de mener des réflexions profondes sur notre silence face à la violence, l’usage excessif de la violence et sa banalisation, le fait de tolérer des pratiques sataniques dans le cadre de différentes crises avec des zones de non droit, l’impunité et la complaisance politicienne par rapport à certains, et l’introduction, en politique, des milices aux pratiques abominables, l’heure doit être à la mobilisation et au rassemblement de la nation pour mettre fin à cette horreur.

Dans ce contexte d’insécurité généralisée, il est urgent que le gouvernement prenne des mesures vigoureuses avec un suivi rigoureux afin qu’elles ne soient pas seulement des effets d’annonce.

Que les forces de l’ordre conventionnelles telles que la Police et la Gendarmerie, qui ont toujours su s’acquitter de leurs missions avec honneur et esprit de loyauté  républicaine soient dotées de moyens de travail.

En Afrique, l’éducation et la protection de l’enfant sont l’affaire de tout le village. En outre, au titre des obligations républicaines, la protection des populations doit être prioritaire et les moyens consacrés à la traque des opposants peuvent être reversés à cette protection, sans préjudice de la nécessité d’assurer la sûreté de l'État. Tout en saluant les mesures de mobilisation des forces de l’ordre, je pense que la décrispation de la situation politique par un dialogue républicain sincère pourrait aussi rassurer les uns et les autres et faire cesser cette tension qui profite à cette nouvelle forme de terrorisme.

Pour l’heure, il faut en appeler à la vigilance des parents et de l'État, au rassemblement des Ivoiriens autour de la nation afin que, tous ensemble, nous puissions endiguer cette terreur qui n’honore pas le pays et qui touche à son fondement qui est la famille.

Fait le 31 janvier 2015

 

Le ministre Eric Kahe, président de l’AIRD

14:55 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.