topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

05/12/2014

HOLLANDE-OUATTARA: LE CORPS PARLE ET ACCOMPAGNE MIEUX LES MOTS (LNC1167)

Que se passe-t-il donc entre les «copains» Alassane et François? L'observation attentive de la vidéo de leur conférence de presse conjointe d'hier à Paris laisse en tout cas une impression générale de malaise. 

hollande-ouattara.jpg


D

ans le fond, le propos est convenu et sympathique. François Hollande annonce que son homologue et lui se sont « mis d'accord sur le montant d'une deuxième tranche d'un milliard d'euros » dans le cadre du contrat « Désendettement/Développement », qui «portera sur des secteurs prioritaires pour la Côte d’Ivoire et pour la France (éducation, santé, développement urbain, infrastructures de transports…), tout en poursuivant la coopération en matière de justice, qui a été demandée également par la Côte d’Ivoire. » « Bonne » nouvelle donc, même s'il faut relativiser : le milliard d'euros en question, c'est le Trésor public ivoirien qui le donnera à la France, laquelle «convertira» cet argent, censé a priori payer la dette, en investissements – le plus souvent au profit d'entreprises françaises.

François Hollande concède quelques amabilités rituelles à Alassane Ouattara. Le développement économique de la Côte d'Ivoire est « impressionnant », et il ne doit être altéré « ni par les fléaux sanitaires, qui sont proches mais qui sont contenus, ni par la situation sécuritaire dans la région ».

Mais le langage du corps du président français est tout sauf naturel. Il est gêné, rigide, se force à sourire, comme s'il n'était pas content d'être là ou que l'entretien d'avant conférence de presse s'était mal déroulé. Par ailleurs, l'on remarquera que pour la première fois, la France officielle formule, même de manière fuyante, floue et équilibriste, quelques «exigences ». Hollande indique qu'il faut que « nous puissions garder la stabilité de la Côte d'Ivoire dans le respect des droits », puis ajoute que « c'est ce qui se produit ». Si c'est le cas, il n'y a donc pas de problème ! Pourquoi en parler ? « Nous voulons d'ailleurs que les élections présidentielles qui vont avoir lieu en 2015 puissent se faire dans la transparence et avec une pluralité des candidats ».

hollande-ouattara.jpgLe mot «transparence» est donc enfin prononcé, là où la CEI est structurellement déséquilibrée. Hollande s'empresse de dire que « cela ne dépend pas que du président ». Et déploie une dialectique bien française. Il convient que les «forces qui veulent se présenter au scrutin puissent le faire librement» et «veuillent le faire ». Les deux questions sont liées. C'est bien parce qu'elles ont l'impression qu'il est impossible qu'elles participent « librement » au jeu que les « forces » en question sont réticentes à aller à un scrutin couru d'avance. Et cela, Hollande le sait !

 

Une question encore plus délicate est évoquée: la question de l'armée, aujourd'hui éclatée en plusieurs forces dont certaines sont des milices ethniques violentes. «Nous avons aussi le souci que la réforme de l'armée ivoirienne puisse s'accélérer afin de garantir une paix durable». Les événements du Burkina Faso et la mutinerie du 18 novembre dernier sont passés par là. La France doute de sa « vitrine » embellie plus que de raison par une propagande tous azimuts qui tend à masquer la dure réalité d'un pays où rien n'est réglé.

La rédaction

(Source: Le Nouveau Courrier d'Abidjan du 5 déc. 2014)

LNC LOGO.jpg

12:37 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Merci Président! Pour le document.

Écrit par : JEUNESSE AIRD FRANCE | 05/12/2014

ouattara doit quitter le pouvoir.

Écrit par : bi boussou | 16/12/2014

Les commentaires sont fermés.