topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

22/10/2014

3000$/JOUR DE MISSION : L’ESSENTIEL N’EST PAS DANS SON NOM !

Aird 1525670_197572773780673_1312679549_n.pngDans un pays où la population urbaine vivant dans les bidonvilles est de plus de 53%, où plus de 40% de la population n’a pas accès à l’électricité, où le taux de population sous-alimentée est officiellement de 21% et l’indice de développement humain (2013) de 0,452 ; dans un pays dont les dépenses de santé sont de 88$/habitant avec 1 médecin pour 7.500 habitants, peut-on accepter qu’une assistante perçoive 3000$/jour de frais de mission à l’étranger, là où les ministres sont officiellement plafonnés à 400$/jour ?


Aird 1525670_197572773780673_1312679549_n.pngL’affaire de l’assistance qui perçoit 3.000$ de frais de mission par jour, continue d’alimenter les conversations au sein des populations ivoiriennes. Certains partisans du régime se réveillent de leur long sommeil et commencent par connaître sa vraie nature. Alors que les problèmes quotidiens accablent les Ivoiriens dont l’écrasante majorité ne peut s’offrir un toit, ni accéder aux soins de santé primaire ou offrir une éducation de qualité à leurs enfants, une assistante est payée comme 150 médecins réunis. Des médecins auxquels ne peuvent accéder les patients, car en nombre trop restreint.

Les dépenses de santé ont été de 88$/habitant en 2012 et le pays compte 0,14 médecin pour 1000 habitant, soit 1 médecin pour 7.500 habitants, à quelques semaines de l’émergence décrétée. 88$/habitant en dépenses de santé contre 3.000$/jour de mission pour une assistante.

A titre de comparaison, l'Egypte compte un médecin pour 350 habitants, le Maroc en compte un pour 1.500 habitants. Le surpeuplé Nigeria s'offre un médecin pour 2.500 hab et la "petite" Djibouti un médecin/ 5.000hab

Le débat tourne à présent sur l’identité de la bénéficiaire.

À l’Alliance Ivoirienne pour la République et la Démocratie (AIRD), les noms ont peu d’intérêt pour nous. Qu’elle soit du nord, du sud, de l’est, de l’ouest ou du centre ; qu’elle soit noire, blanche, métisse, ou jaune la question pour nous demeure de savoir si elle y avait droit et comment cette somme a été décaissée dans un pays dirigée de main de maître par l’ancien DGA du FMI. Comment, une communication en Conseil des Ministres qui prévoyait 280 millions de Fcfa de dépenses s’est-elle transformée en des frais de 400 millions de Fcfa ? Comment trouve-t-on si facilement 120 millions sans aucune autorisation ? La Côte d'Ivoire sous Ouattara est-elle gouvernée par caisses noires ? Les ministres ont-ils chacun des planches à billets dans leur bureau ? Notons que cet argent était dans les poches au départ d’Abidjan, vu qu’il n’est pas possible de faire valoir un bon de commande de l'État ivoirien aux USA. À moins que ce soit l’ambassade qui ait pu avancer 120 millions de ses caisses déficitaires !

Dans un pays où la population urbaine vivant dans les bidonvilles est de plus de 53%, où plus de 40% de la population n’a pas accès à l’électricité, où le taux de population sous-alimentée est officiellement de 21% et l’indice de développement humain (2013) de 0,452 ; dans un pays dont les dépenses de santé sont de 88$/habitant avec 1 médecin pour 7.500 habitants, peut-on accepter qu’une assistante perçoive 3000$/jour de frais de mission à l’étranger, là où les ministres sont officiellement plafonnés à 400$/jour ?

22 octobre 2014,

 

La rédaction du site AIRD-Alliance

08:44 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.