topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

10/09/2014

(NOUVELLE) DÉFINITION DU «CONSENSUS» SELON "LE NOUVEAU RÉVEIL".

Nouveau reveil cei.png

« De source proche des travaux, contrairement aux arguments donnés par ceux qui ont décidé de se retirer des travaux, il y a bien eu consensus autour des modalités de mise en place de ce bureau. En effet, le Fpi et ses alliés avaient proposé que ce bureau soit représentatif des différents blocs réunis au sein des 17 commissaires de la Cei. Ces blocs sont constitués des 4 représentants des partis au pouvoir, 4 de l’opposition, 4 de la société civile et 5 de l’administration dont le représentant du chef de l’état. Mieux, le Fpi et ses alliés ont proposé que le poste de président soit occupé par la société civile, la première vice-présidence par l’opposition, la 2e vice-présidence par les partis au pouvoir et ainsi de suite. Si le principe de la représentativité des différents blocs au sein du bureau a été accepté de tous, du côté des partis au pouvoir, il a été suggéré que le poste de président leur revienne, ainsi que la première vice-présidence. Ce sont ces deux propositions qui ont donc été soumises à l’appréciation des commissaires. Et il y a eu consensus autour de la seconde proposition. C’est-à-dire, celle de la coalition des partis au pouvoir. C’est sur cette base consensuelle que le bureau a été formé en présence des 12 commissaires sur les 17. Le quorum étant donc atteint au regard des textes qui recommandent qu’au moins 2/3 des membres soient présents pour qu’ils puissent siéger. Il y a donc eu consensus contrairement à ce que l’on veut faire croire. la seule chose, c’est que le Fpi et ses alliés n’ont pas voulu accepter cela et ont décidé de se retirer. Mauvaise foi ou simple caprice ? Les commentaires vont bon train. Ce qui est sûr, c’est que les commissaires de la Cei ne sont pas tombés dans le piège du Fpi et de ses alliés. De source bien introduite, ces derniers, en proposant la société civile pour occuper le poste de président de la Cei, avaient bien leur petite idée derrière la tête. Dans leur schéma, pour le poste de président, il fallait présenter une personne qui n’éveille aucun soupçon mais qui, à la réalité, pourrait jouer pour eux. Une stratégie pour avoir le contrôle de la machine. Dans ce schéma, c’est donc le représentant de l’eglise catholique, l’abbé Boni Boni Martial, qui devait être positionné. Tout avait donc été ficelé avant même le début des travaux. Et lorsque le consensus ne s’est pas fait autour de leur proposition, ils ont jugé mieux de claquer la porte. Pour le cas du représentant du Mfa, Jacob Anaky, selon notre source, c’est plutôt un problème personnel. Ce dernier qui, durant des années, avait été membre du bureau de la Cei, avec la nouvelle donne, ne peut malheureusement pas être proposé. Parce qu’au maximum trois (3) postes ne pouvaient qu’être occupés par la coalition des partis au pouvoir (le Rhdp) composé de quatre partis. Donc le Pdci, l’Udpci et le Rdr ont été proposés au détriment du Mfa.» (In le Nouveau Réveil, dans sa livraison du lundi 8 septembre 2014)

Oui, vous avez bien lu les explications du journal du PDCI, parrain de Monsieur Youssouf Bakayoko. Mais simples questions élémentaires à des intellectuels de si haut vol.

  • Le consensus serait-il donc le rejet en bloc des propositions d’une partie au profit de l’autre partie ? Le vote mécanique est-il la mise en œuvre du consensus ?
  • En écrivant que « Le quorum étant donc atteint au regard des textes qui recommandent qu’au moins 2/3 des membres soient présents pour qu’ils puissent siéger », ces intellectuels ne confirment-ils pas les craintes de l’Opposition significative d’une confiscation de la CEI par le groupement des partis au pouvoir, ultra-majoritaires au sein de la CEI ?
  • Si le PDCI et ses intellectuels soupçonnent un représentant de la société civile, de surcroît issu de l’église catholique, de rouler pour le Fpi, pour qui roule alors Youssouf Bakayoko, dont le parti pris flagrant a conduit le pays au chaos en avril 2011.

À lire ce texte, il y a à désespérer de ce pays, tant des gens sont capables de toutes les gymnastiques pour justifier l’injustifiable ! Quel militantisme si partisan pour détruire le peu de fibre nationale !

Au nom de la dynamique unitaire et de la solidarité au sein de l'Opposition significative, la direction de l'AIRD, n'a pas cru devoir étaler sur la place publique ses divergences avec certains de ses alliés de l'AFD sur la CEI. Vivement que notre parti s'en démarque officiellement ou fasse au moins savoir de telles divergences. Afin de ne pas être complice de l'humiliation de l'opposition!

La rédaction de Airdinfo

09:06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.