topblog Ivoire blogs

29/08/2014

70ÈME ANNIVERSAIRE DE LA LIBÉRATION DE PARIS (1ère partie) – Carole-Attioumou-Serikpa

Cet événement m'emmène à réfléchir sur "la résistance ivoirienne".

Et je me remémore une question naïve posée par une française en 2013 lors de ma première participation à une marche pour la libération du président Laurent Gbagbo a Paris: «Est-ce un CARNAVAL?»


 

rol-tanguy.png( ....) La résistance parisienne, est commandée par Rol-Tanguy responsable régional des Forces Françaises de Libération (FFI) pour l'Île-de-France depuis son poste de commandement sous la place Denfert-Rochereau.

(.....)Elle est pauvrement équipée (elle n'a même pas de liaison radio avec l'extérieur) mais enthousiaste, encercle les îlots de défense allemands. L'occupant se trouve en position défensive, une division SS est mise en mouvement vers Paris pour renforcer l'armée allemande. Il est à prévoir qu'elle obéira sans état d'âme aux ordres de destruction d'Hitler

(.....)Le soldat républicain espagnol Amado Granell est le premier «libérateur» à être reçu dans l'Hôtel de Ville par Georges Bidault, président du Conseil national de la Résistance 16. La 4ème division d'infanterie américaine entre par la porte d'Italie le 25 août 1944.

(....)Paris est libéré.

Cet événement m'emmène à réfléchir sur "la résistance ivoirienne".

Et je me remémore une question naïve posée par une française en 2013 lors de ma première participation à une marche pour la libération du président Laurent Gbagbo a Paris: «Est-ce un CARNAVAL?»

 

Cette question était-elle révélatrice de l'image que renvoie la résistance à l'opinion? Peut-être même une foire, un lieu de rencontre ou un espace de divertissement.... 

 

Carole-Attioumou-Serikpa

11:15 Publié dans Lu avec intérêts, Opinions libres..., Vite dit... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.