topblog Ivoire blogs

01/06/2014

LE FOND DE L’ABÎME DE LA CORRUPTION ET DES MAUVAISES MŒURS POLITIQUES - ArdInfo

Avec ce que décrit l’éléphant déchaîné dans sa parution du 30 mai 2014, sur l’affaire « QUIPUX » qui pue l’affairisme, le bricolage et l’équilibrisme malsains, la Côte d'Ivoire a touché le fond de l’abîme de la corruption et des mauvaises mœurs politiques.

Dans le fond et la forme, l’on a dépassé toutes les lignes rouges imaginables.


Quipux.pngAvec ce que décrit l’éléphant déchaîné dans sa parution du 30 mai 2014, sur l’affaire « QUIPUX » qui pue l’affairisme, le bricolage et l’équilibrisme malsains, la Côte d'Ivoire a touché le fond de l’abîme de la corruption et des mauvaises mœurs politiques.

Dans le fond et la forme, l’on a dépassé toutes les lignes rouges imaginables.

  1. à cinq reprises, le ministre des Transports, Gaoussou Touré, avait échoué à faire adopter son projet de décret en conseil de gouvernement, malgré de nombreuses, douloureuses modifications et opportunistes modifications ;

  2. L’Inspection Générale d’État a produit  un rapport sans appel, défavorable au projet ;

  3. C’est en l’absence du ministre des Transports que le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a effectué ce véritable passage en force, en présentant le projet en dehors de l’ordre du jour et sans débat ;

  4. Le projet, ainsi ficelé sur ordre de sa majesté Alassane Ouattara 1er, a été adopté en Conseil des Ministres devant des ministres médusés et tétanisés par la peur ;

  5.  « Quipux », l’entreprise colombienne, si courtisée en Côte d’Ivoire, fait depuis la fin de l’année 2013, l’objet d’un redressement fiscal portant sur plus de 5 milliards de dollars (2500 milliards de FCFA), en Colombie, pour non-respect de ses engagements financiers, prestations illégales et pour des pratiques pour le moins douteuses dans le secteur des transports en Colombie.

  6. Les services de renseignements ivoiriens ont communiqué d’autres  informations accablantes sur « Quipux ».

  7. C’est 17% de l’économie ivoirienne que le "gouvernement" confie à des fraudeurs fiscaux poursuivis dans leur propre pays ?

  8. Pour faire passer la pilule quelques concessions ont été faites au fur et à mesure des rejets du texte en conseil de gouvernement : promesses de sauver les emplois ; convention passée de 25 ans à 6 ans, la Société Nationale de Développement Informatique (SNDI), qui a participé à l’appel d’offres truqué et a été éliminée, est entrée par miracle dans le capital de «Quipux» à hauteur de près de 35% ; etc.

  9. La place ainsi faite à « Quipux », fait disparaître deux sociétés d’état et met en difficulté deux entreprises privées ivoiriennes.

  10. Des sociétés privées sont sommées de remettre leurs données sur le transport à « Quipex », une autre société privée.

Ainsi va la Côte d'Ivoire des milles promesses !

La Rédaction AirdInfo

(Source: Elephant Déchainé)

16:51 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.