topblog Ivoire blogs

15/05/2014

CEI : COPIE ET PHOTOCOPIE

La CEI dite «consensuelle», malgré son apparent embonpoint, est la photocopie, conforme à l’original, de la CEI présenté comme «non négociable»


cei retropedalage.pngLe projet de loi «non négociable» portant réforme de la Commission électorale indépendante (CEI) adopté en Conseil des ministres le 9 avril 2014 comprenait treize membres ainsi répartis: un représentant du Président de la République; un représentant du ministre chargé de l'Administration du territoire; un représentant du ministre chargé de l’Économie et des Finances; un magistrat désigné par le Conseil Supérieur de la magistrature; trois représentants de la société civile, dont un désigné par le Barreau et deux issus des confessions religieuses; trois représentants du parti ou groupement politique au pouvoir; trois représentants des partis ou groupements politiques de l'opposition. Sa discussion à l’Assemblée nationale, le 12 mai, a été reportée sine die.

La «CEI consensuelle» promise par l’État à l’opposition comprend désormais, à l’issue des discussions du 9 mai, dix-sept membres ainsi répartis: un représentant du Président de la République qui est d’office le président de la CEI; quatre représentants de l’administration; quatre représentants de la société civile; quatre représentants du parti ou groupement politique au pouvoir; quatre représentants des partis ou groupements politiques de l'opposition. Cet ancien-nouveau projet sera examiné, en principe, le 19 mai à l’Assemblée nationale, contre la volonté du groupe parlementaire PDCI-RDA qui, refusant un vote dans la précipitation, a proposé juillet.

C’est-à-dire que le pouvoir n’a pas reculé. Il est resté dans sa logique non seulement d’aller vite pour plier l'affaire, mais de se doter d’une CEI caporalisée par l’État qui est toujours surreprésenté. Car la CEI dite «consensuelle», malgré son apparent embonpoint, est la photocopie, conforme à l’original, de la CEI présenté comme «non négociable».

 

Ferro Bali, Journaliste indépendant)

14:58 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Et le candidat Président de la République doit proposer quelqu'un qui sera le défenseur du Président et Président de la C.E.I. je demande aux partis d'opposition de refuser cette proposition. Et refuser d'aller aux élections. Le jeu est déjà gagné d'avance. Merci de votre compréhension .

Écrit par : KESSÉ | 15/05/2014

Les commentaires sont fermés.