topblog Ivoire blogs

09/05/2014

RGPH 2014 : En attendant le 31 mai

Tout le monde attend maintenant le 31 mai pour faire le bilan des… menaces et du RGPH


Le 5 mai, le gouvernement tapait du poing sur la table et brandissait la menace de l’article 169 du code pénal relatif aux troubles à l’ordre public contre le FPI: "Le gouvernement prendra désormais ses responsabilités vis-à-vis de ceux qui troublent d'une façon ou d'une autre le déroulement de l’opération de recensement national de la population en Côte d'Ivoire. La justice commencera à observer et des décisions seront prises immédiatement contre les personnes qui lancent des appels au boycott ou qui par leurs prises de position perturbent l'ordre public."

Le 15 avril, le directeur général de l’Institut national de la statistique (INS), Ibrahima Ba, avait déjà prévenu: «Pour ceux qui lancent des mots d’ordre de boycott de recensement, ils doivent savoir qu’une loi a été votée, faisant obligation à chaque citoyen de se faire recenser. Cette loi existe.»

Le 7 mai, le président du FPI, Affi N’Guessan, les vice-présidents Marie-Odette Lorougnon et Kodjo Richard et le secrétaire général Akoun Laurent sont convoqués, pour le lendemain, à la Brigade de recherche de la gendarmerie à Abidjan-Plateau pour enquête judiciaire requise par le procureur de la république. Le pouvoir est passé de la parole aux actes. Les quatre responsables du FPI – on ne sait sur quelle base ils ont été tirés au sort - ont été accusés pour trouble à l’ordre public et insurrection après 9 heures d’audition.

Cet échantillon, bien qu’illustre, aurait été davantage représentatif du parti s’il comprenait Sangaré Abou Drahamane, premier vice-président du FPI, considéré, à raison, au parti à la rose comme le gardien du temple et par Le Patriote (quotidien officiel du RDR) comme l’homme qui bloque tout dans le processus politique entre le FPI et le pouvoir. Mais, ce fidèle parmi les fidèles de Laurent Gbagbo a eu beau se rendre ce 8 mai à la Brigade de gendarmerie pour se constituer aussi prisonnier, il a été refoulé. Bizarre.

Tout aussi bizarre, la réaction à fleur de peau du gouvernement qui transpire le désarroi. Pour moquer le FPI et son mot d’ordre de boycott, Ibrahima Ba, directeur général de l’Institut de la statistique (INS), déclarait, le 22 avril, que le RGPH 2014 avait atteint sa vitesse de croisière. «Tout se passe bien sur le terrain», soutenait-il, indiquant que «67% de la population a été recensée». Et pour dire sa confiance au bon déroulement de l’opération, il faisait observer qu’il «y a toujours une marge d’au moins 10% (de personnes) qui ne sont pas recensées».

Tout ce bel optimisme s’est effondré comme château de cartes. Le ministre du Plan et du Développement, Mabri Toikeusse, a encore animé, ce 8 mai, une autre conférence pour inviter les populations à se faire recenser. Échec et mat? Les autorités ivoiriennes, elles-mêmes, sont prises à leur propre piège.

Trop sûres d’elles, elles ont banalisé le mot d’ordre du FPI, lancé le 20 mars, en affichant un succès garanti à l’opération dans les délais impartis: Au directeur de la Division communication et sensibilisation du RGPH 2014, Sérikpa Gnadja, qui affirmait, en février, que le recensement «ne doit pas dépasser un mois» selon les normes internationales, Mabri Toikeusse ajoutait, le 10 mars, que le présent dénombrement de la population se fera «essentiellement en 21 jours» et ses résultats, disponibles «avant la fin du mois de mai».

Le gouvernement ivoirien est gros-Jean comme devant. De trois semaines, l’opération qui a commencé officiellement le 17 mars, a été repoussée à un mois. Devant les difficultés rencontrées en raison du mot d’ordre du FPI qui fait tache d’huile, le pouvoir a décidé, ce 29 avril, de se donner encore un mois supplémentaire. Et tout le monde attend maintenant le 31 mai pour faire le bilan des… menaces et du RGPH.

 

Ferro Bi

Commentaires

Je pense que nous devons suivre les idéaux de notre Président, le Ministre KAHE; Car ses idéaux riment avec les principes de la citoyenneté, de la liberté et surtout de l'amour du Prochain.
Monsieur le Président que Dieu vous bénisse!

Écrit par : DOUA SAHI | 09/05/2014

Les commentaires sont fermés.