topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

30/03/2014

CEDEAO :Le mandat de John Dramani à l’aune de la crise ivoirienne

Ellen Johnson Sirleaf était pressentie, mais c’est John Dramani Mahama qui a été choisi, à Yamoussoukro, pour succéder à Alassane Dramane Ouattara à la tête de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Un Dramani remplace un Dramane.


 

cedeao, aird-ci, airdEllen Johnson Sirleaf était pressentie, mais c’est John Dramani Mahama qui a été choisi, à Yamoussoukro, pour succéder à Alassane Dramane Ouattara à la tête de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Un Dramani remplace un Dramane.
Dans les relations politico-diplomatiques internationales où rien ne se fait au hasard ni sur un coup de tête, la désignation du président de la république du Ghana pour prendre la place du chef de l’Etat ivoirien ne manque pas de susciter des questions. Alassane Dramane Ouattara a présidé, pendant deux mandats, la CEDEAO pour renforcer, après des résultats controversés de la présidentielle de 2010 et une arrivée au pouvoir dans des conditions troubles, son crédit international dans un environnement national où le FPI, le parti éjecté du pouvoir par la force des bombardements français, est dans une logique de déni et de refus d’allégeance et compte de nombreux exilés dans les pays de la sous-région. 
De ce fait, le Ghana accueille non seulement, avant le Liberia, la majorité des milliers d’Ivoiriens pro-Gbagbo qui ont pris la route de l’exil après la crise post-électorale, mais l’ex-Gold Coast, en général et Accra, la capitale, en particulier sont devenus le bastion et le fief des exilés. Il s’y trouve des camps de réfugiés sous administration du HCR et des structures formelles de résistance y ont vu le jour : la Coordination du FPI en exil présidée par l’ancien ministre Assoa Adou et la Coordination des patriotes ivoiriens en exil (COPIE) présidée par Damana Adia Pickass. 
Car le pouvoir d’Abidjan ne s’est pas contenté de geler les avoirs de plusieurs personnalités civiles et militaires; il a lancé de nombreux mandats d’arrêt internationaux dans le cadre de l’information judiciaire ouverte à Abidjan pour association de malfaiteurs, organisation en bandes armées, atteinte à la sûreté de l’État, vol aggravé, détournement de deniers publics, pillage, concussion et atteinte à l’économie publique. Ces mandats visent des ministres du dernier gouvernement de Laurent Gbagbo, des directeurs d’administration et des diplomates au nombre desquels Ahoua Don Mello, porte-parole du dernier gouvernement de Laurent Gbagbo, Lazare Koffi Koffi, ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts, Nyamien Messou, ministre du Travail, N’Guessan, Attey Philippe, ministre de l’Industrie et du Développement du secteur privé, Richard Sécré Kouamé, ministre du Tourisme et de l’Artisanat, le colonel Alphonse Mangly ex-DG de la Douane, et l’ambassadeur Raymond Koudou Kessié.
Dans le cadre de la conduite de cette campagne, Alassane Dramane Ouattara a mordu la poussière à Accra dans le procès en extradition qu’il a intenté et perdu contre Justin Koné Katinan, ministre délégué auprès du ministre de l’Economie et des Finances, chargé du Budget dans le dernier gouvernement Gbagbo et actuel porte-parole du président déchu. Mais il n’est pas rentré bredouille de sa chasse à l’homme. Moïse Lida Kouassi, soupçonné de se livrer à des activités de déstabilisation du régime ivoirien, a été arrêté le 6 juin 2012 à Lomé, au Togo, et extradé dans la foulée en Côte d'Ivoire. En 2013, la moisson fut relativement abondante avec l’arrestation, à Accra, et l’extradition de trois autres poissons : le 17 janvier, Charles Blé Goudé, ministre de la jeunesse, de la formation professionnelle et de l’emploi du dernier gouvernement Gbagbo, est tombé dans la nasse, et le 4 février, fin de parcours pour le commandant de gendarmerie Jean-Noël Abéhi et Jean-Yves Dibopieu, ex-secrétaire général de la FESCI.

Abidjan est conscient que la partie est loin d’être gagnée et continue d’être à la manœuvre pour, à défaut de neutraliser les empêcheurs de tourner en rond, mettre son opposition à l’extérieur sous l’éteignoir. Il manie donc la carotte et le bâton. A ce titre, en promettant annulation de mandat d’arrêt contre retour au pays, il a remporté des succès en obtenant le retour au bercail, cette année 2014, de pontes du régime déchu, certains en grande pompe, d’autres rasant les murs: Alain Dogou, ministre de la Défense dans le dernier gouvernement Gbagbo, Voho Sahi, ministre de la Culture, Augustin Kouadio Koumoué, ministre des Mines, et Marcel Gossio, ex-DG du Port autonome d’Abidjan.
Mais l’opposition en exil n’en démord pas. Refusant d’être le dindon de la farce et donc sur ses gardes, confortée qu’elle a été par le transfèrement, à La Haye, de Charles Blé Goudé dans la nuit du 22 au 23 mars 2014, cette opposition est très active sur le terrain à l’étranger et ne manque aucune occasion de se faire entendre à travers des communiqués et des interventions dans des médias. Et c’est dans ce contexte de bras de fer entre Alassane Dramane Ouattara et ses exilés que John Dramani Mahama est appelé à conduire les destinées de la CEDEAO. Va-t-il continuer, comme son pays l’a fait jusqu’ici, à ménager la chèvre et le chou ou alors passer au stade de la fermeté, casser l’opposition en livrant, manu militari, tous ceux qui dérangent le pouvoir ivoirien? Les jours à venir indiqueront la partition que le chef de l’État ghanéen entend jouer dans la crise ivoirienne où son pays, siège de la plupart des exilés opposés ouvertement à Ouattara, a jusqu’ici fait preuve d’une gestion peu ou prou satisfaisante à la lumière des accords internationaux.

 

Ferro Bally, journaliste 

12:13 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Félicitation à John Dramani Mahama

Écrit par : regroupement de pret | 07/04/2014

Bravo à John Dramani Mahama!

Écrit par : rachat de crédit consommation | 07/04/2014

Les commentaires sont fermés.