topblog Ivoire blogs

18/03/2014

GUEMON & CAVALLY : KAHE ERIC SONNE L’ALERTE ET L’UNION

« Un guerrier responsable n’est pas celui qui porte sur ses épaules le poids du monde, c’est celui qui a appris à connaître les défis de chaque instant » 

aird-ci,guemon,cavally,eric kahe


La salle de l’Iremmo, sise au 5/7 de la rue basse des Carmes dans le 5ème arrondissement de Paris a refusé du monde, dans le cadre de la réunion initiée le samedi 15 mars 2014 par le ministre Eric Kahé qui y a convié les cadres et responsables des associations de la Diaspora issue des régions du Cavally et du Guemon.

aird-ci,guemon,cavally,eric kahe

 

Après avoir remercié l’assistance pour la présence nombreuse et qualitative, le ministre Eric KAHE, fils de la région a dit sa fierté de l’extraordinaire mobilisation de la diaspora pour témoigner au quotidien sa solidarité aux frères et sœurs dans les épreuves dont certaines sont encore en cours, preuve de leur attachement à la région WE. Il a même relevé  que cet attachement est encore plus fort en Europe que dans les familles des cadres restés au pays. En témoigne l’usage de la langue WE dans tous les foyers et sa transmission à tous les enfants nés ici.

Situant le contexte de la rencontre, l’intervenant a dit qu’elle concernait toutes les filles et tous les fils de ces deux régions, évoquant un droit statutaire. Pour Eric Kahé, les différences devraient nous enrichir au lieu de nous diviser et il est plus productif de parler avec un frère, une sœur ou un ami de ses erreurs d’opportunisme que de le tenir à l’écart. Il ne trouvera plus de raison de perdurer dans l’erreur. « Nos différences ne doivent guère être des armes de destruction mais des richesses » a-t-il dit d’entrée de jeu. Précisant que cette rencontre n’avait pas pour objectif la création d’une nème organisation WE, mais qu’elle visait à partager et à mesurer les défis, le ministre Eric Kahé a fait une brève incursion dans son parcours scolaire, professionnel et politique afin de justifier la cohérence de ses choix fondés constamment sur les valeurs de probité, de loyauté, de solidarité et d’engagement.

À ceux qui pourraient s’étonner que cette initiative intervienne plus d’un an après son arrivée en Europe, Eric Kahé a expliqué les obligations de son statut, les exigences diplomatiques de sa mission au service de la cause de la démocratie et de la justice, faisant ainsi allusion à ses actions de lobbying et d'explication en faveur de la libération de Laurent Gbagbo, avant de présenter ses vœux de bonne et heureuse année 2014 et d’exprimer sa gratitude aux peuples et aux gouvernements du Ghana, Togo, Benin, Libéria, etc. pour leur extraordinaire mobilisation en faveur des Ivoiriens qui souffrent le martyr de l’exil.

Rappelant la succession d’évènements malheureux depuis 2002, Eric Kahé a vivement regretté que la division des cadres de cette aire géographique et culturelle ait été dramatique pour lesvpopulations là où il fallait faire bloc.

aird-ci,guemon,cavally,eric kahe

En conséquence de quoi, l’état des lieux fait le constat d’une triple défaite : défaite culturelle avec une série de d’activités  mal introduites et qui ont disloqué la gouvernance en pays WE, défaite économique avec un exode rural et une scolarisation qui a dépeuplé les campagnes de ses bras valides aggravant les difficultés d’adaptation à l’économie de marché et qui a induit un ajustement structurel permanent des paysans obligés de tendre la main aux cadres, défaite politique avec une culture démocratique qui, ayant perdu ses outils de régulation du fait de la défaite culturelle est devenue un facteur de désordre et de divisions. Le leadership de saine compétition ("Tchêlè") a été détourné de ses objectifs de productivité pour devenir un facteur d’affrontements, de divisions et de d’exploitation par les autres.

aird-ci,guemon,cavally,eric kaheA la question de savoir quelle diaspora face à ces défis, l’orateur s’est interrogé sur son homogénéité, ses aspirations, ses réflexes, ses forces et ses faiblesses relevant au passage son aspect composite comprenant (i) la diaspora postindépendance venue en France pour des études dans les années 1960-1980 et majoritairement retournée au pays, (ii) la diaspora de la période 1980-2000 qui fuyait la crise économique, (iii) celle de 2000-2010 chassée du pays par la crise militaro-politique, (iv) la diaspora de la crise postélectorale du 11 avril 2011 et enfin (v) celle des enfants nés en Europe.

Le point commun et frappant est celui du constat d’une diaspora non identifiée ou recensée, malgré les outils simples qui existent de nos jours. On sait peu de choses de son effectif, encore moins de sa concentration par zones. Or sans ces statistiques les actions efficaces ne sont pas possibles.

Le ministre Eric KAHE s’est également interrogé sur la perception que les décideurs nationaux et occidentaux ont des souffrances du Guemon et du Cavally ivoiriens. « Peut-on se satisfaire de l’auto proclamation du génocide WE et ignorer tout, des procédures qui conduisent à sa reconnaissance officielle ?» s’est exclamé le président de l’AIRD. Alors même que la définition Onusienne du génocide est parfaitement applicable à ce qui s’est passé dans l’ouest ivoirien. Il revient aux victimes d’organiser cette reconnaissance et d’amener les décideurs à ne pas se préoccuper de la seule menace de l’intégrisme religieux, délaissant au passage les droits de l’homme. Certes, on discute plus de l’intégrisme religieux dans les conseils d’administration des multinationales et dans les chapelles politiques que des droits de l’homme, mais une injustice faite à toute une région peut entraîner des conséquences difficiles à prévoir.

Pour lui, au lieu de se battre entre elles sur le nombre des initiatives, les associations devrait les faire converger.  Cette convergence passe par ce qui peut rassembler les filles et les fils de cette belle région aux potentialités immenses. Il convient également de faire le bilan de la vie associative en acceptant de poser les bonnes questions. Ainsi,

  1. Qu’en est-il du bilan de 60 ans de vie associative basée sur les dons et le bénévolat ?
  2. Devrons-nous continuer les dons de médicament qui arrivent déjà périmés ou d’ambulances qui ne marcheront que quelques mois ?
  3. Faut-il continuer de faire comme certains de nos partenaires étrangers qui offrent un climatiseur de 300.000FCFA à un dispensaire en occasionnant 500 mille, voire un million de frais de réception ?
  4. Le rôle de la diaspora et des cadres est-il de se substituer au gouvernement pour construire des sous-préfectures ? En avions-nous construit à l’époque coloniale pour en construire maintenant quand le DUS du seul cacao de nos paysans rapporte pas moins de 250 milliards FCFA à l’état ?
  5. Comment alors réorienter les activités des cadres pour les rendre plus efficientes ?

LE FEU ETEINT AU CAMPEMENT !

aird-ci,guemon,cavally,eric kahePour illustrer la démission des cadres et des élites africaines face aux problématiques de développement, le ministre Eric KAHE a pris l’image d’un campement (l’équivalent d’une ferme en Europe) où, par inadvertance le feu s’est éteint dans toutes les cases. À une époque où l’allumette n’est pas vulgarisée, on demande à un habitant du campement d’aller chercher du feu dans le campement voisin. De retour, ce dernier s’approprie à lui seul ce feu, voire même l’utilise pour brûler ou faire peur à d’autres habitants du campement. Comme pour dire que partis à la recherche du savoir par le biais de l’école au prix de nombreuses privations de nos parents, nous faisons de ce savoir un instrument de domination et d’exploitation de nos parents. Il s’agit à vrai dire de cacher nos échecs de n’avoir pas su imaginer de vrais modèles de développement face aux défis non maîtrisés. Quand ce ne sont de pâles copies de modèles occidentaux qui puent des problèmes écologiques et de justice sociale, nous nous transformons en véritables valets.

Sans doute séduite par les nombreuses propositions originales argumentées du ministre, l’assistance a suggéré une autre rencontre afin de débattre plus au fond des projets de Conférence des grandes familles, du catalogue de projets, de l’université d’été des peuples de l’ouest, de la coopérative financière dans la perspective d’une banque de développement, de l’hévéaculture en production partagée entre l’investisseur, le village et le propriétaire terrien, de la mécanisation privée de l’agriculture, de la maîtrise de l’eau afin de se tourner vers une agriculture rentable à cycle court, etc. Des expériences qui, réussies, peuvent être partagées avec les autres régions du pays.

aird-ci,guemon,cavally,eric kaheAprès une dizaine d’interventions de l’assistance, saluant chacune l’initiative et déplorant l’absence d’un leadership charismatique dans cette région ainsi que les profondes divisions au sein de la diaspora, le ministre Eric KAHE a été invité à persévérer dans la voie du rapprochement des enfants de cette région meurtrie.

Eric KAHE a invité frères et sœurs à dépasser les récriminations, lui-même ayant été la victime cyclique de plusieurs acteurs depuis 2002.

« Un guerrier responsable n’est pas celui qui porte sur ses épaules le poids du monde, c’est celui qui a appris à connaître les défis de chaque instant » a soutenu Eric KAHE, citant Paulo Coelho. « Nos défis nous commandent aujourd’hui d’être responsables, d’être conscients que nous pouvons disparaître (histoire des migrations et des déplacements de population), de savoir que nous sommes peu nombreux, que notre "tchêlê" est incompatible avec les exigences d’un monde nouveau. La réconciliation, ça sera aussi de serrer la main de ses bourreaux, des bourreaux de ses parents. Il faut s’y préparer…

 

NOUS UNIR OU PERIR, telles sont les deux seules alternatives qui nous restent. Je n’en connais pas d’autre…. » a soutenu Eric KAHE avant de poursuivre : « Aux frères et sœurs que vous êtes et parce que je vous en dois la primeur, je voudrais vous dire que l’histoire me commande à présent de faire don de ma vie à la terre qui m’a vu naître, à la terre de Côte d'Ivoire ! Pas nécessairement en qualité de leader, mais si besoin en tant que planton de service. Cette partition je la jouerai sur le plan politique avec mon parti, l’AIRD, mais aussi sur le plan économique et social, avec ou derrière celle ou celui qui aura une initiative convaincante. Je ne voudrais pas être celui à qui l’on a envoyé chercher le feu et qui veut brûler les autres avec ou le garder pour lui seul » a-t-il conclu sous les applaudissements de l’assistance qui en redemandait.

aird-ci,guemon,cavally,eric kahe

SerComm AIRD

16:07 Publié dans Vie du Parti | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Merci pour votre courage et votre dangerosité.
Ce n'est pas facile mais c'est possible.
Unir ou périr!une question de choix!

Écrit par : nahounou | 18/03/2014

Jattends plus

Écrit par : Emissah Yapi | 19/03/2014

Merci cher Eric de cette intervention très pertinente.
Les grandes lignes posées sont le fondement d'une vraie politique de développement.
Si nous pouvions traduire en actes ce serait très bien.

Bon courage dans la construction d'un vrai projet de société adapté à la CIV.
Amitiés.

Écrit par : Jacques Poussi | 20/03/2014

belle initiative chers frères. tous mes encouragements aux initiateurs et surtout mon aîné, le ministre Eric KAHE pour sa disponibilité à mener tous combats des questions liées à la vie de nos régions. en ce qui nous concerne,nous sommes aussi au combat pour la restauration de la démocratie vraie en cote d'ivoire. nous avons été au rendez-vous de l'histoire en étant de la tournée du pdt affi à l'ouest et bien d'autres choses liées à la libération du Président Laurent GBAGBO. nous suivrons de près vos activités et smmes à votre disposition.

Écrit par : guei glao noel | 20/03/2014

je suis fier de vous mes parents .que Dieu vous protège

Écrit par : boua semao marc | 14/04/2014

suis-je ravi de voir les cadres wê de la diaspora s'unit pour trouver un terrain d'entente pour le combat et la renaissance de notre très chers la côte d'ivoire que le tout vous garde vous et votre enfants

Écrit par : DEHEO | 07/06/2014

Les commentaires sont fermés.