topblog Ivoire blogs

18/02/2014

LES JOURNALISTES IVOIRIENS DANS L’ARÈNE

Combat de coq que celui que se livrent le conseil d’administration (CA) de l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (Unj-CI) et le conseil exécutif intérimaire de l’association.


Le 13 février, le CA a frappé fort : il a suspendu le bureau intérimaire du conseil qui s’est installé sans son aval, gelé les comptes de l’Union et préconisé la tenue d’un congrès extraordinaire.

Le 20 janvier dernier, en effet, le Conseil national de la presse (CNP, organe de régulation de la presse) a suspendu et retiré, pour une durée de six mois, sa carte de journaliste professionnel à Traoré Ahmed Moussa, président en exercice du conseil exécutif cité dans une affaire d’escroquerie et de corruption. Le lendemain de cette grave décision, le mis en cause, sous le coup de cette sanction, s’est mis en congé de la présidence du conseil exécutif de l’Unj-CI, sans formellement démissionner; et aussitôt une présidente intérimaire, Habiba Dembélé Sahouet (1ère vice-présidente), a été installée.

Réponse du berger à la bergère : le CA outrepasse son pouvoir. Pour matérialiser ce refus catégorique, le bureau dirigé par Habiba Dembélé Sahouet a même organisé un séminaire ce samedi à Grand-Bassam. “Vous le constatez, conformément aux dispositions statutaires, l’UNJCI fonctionne bien, il n’y a aucune crise. Donc, pas question d’une quelconque démission du conseil exécutif, encore moins la convocation d’un congrès extraordinaire,» déclare la présidente intérimaire du conseil exécutif de l’Union. Dans la foulée, et pour corser le bras de fer, le bureau contesté se prépare, malgré le veto du CA, à changer les signatures sur les comptes bancaires et même à en ouvrir un autre.

On le voit, à la crise de moralité qui a éclaboussé tous les journalistes ivoiriens, vient maintenant s’ajouter une crise de légitimité. Il ne manquait plus que ça pour boucler la boucle d’une profession en perte de vitesse.

Ferro Bally, journaliste indépendant

 

 

Les commentaires sont fermés.