topblog Ivoire blogs

28/10/2013

QUELLE HAINE TENACE, CONTRE LAURENT GBAGBO !



Lu dans Jeune Afrique N° 2755-2756 du 27 Octobre au 9 novembre 2013,

« Au quartier du Plateau, dans les couloirs du palais comme dans les salons des ministères, on redoute une éventuelle libération de celui qui présida aux destinées de la Côte d'Ivoire pendant dix ans, de 2000 à 2010. À ses visiteurs du soir, Alassane Ouattara fait parfois part de son inquiétude, voire de son agacement face à la lenteur de la procédure. La libération de son prédécesseur, il ne veut pas en entendre parler. C’est à quatre de ses fidèles qu’il a d’ailleurs confié le suivi du dossier. Il y a là Amadou Gon Coulibaly, ministre d’État et secrétaire général de la Présidence ; Mamadou Diané, conseiller spécial chargé des affaires juridiques ; Gnénéma Coulibaly, le ministre de la Justice (c’est lui qui, en juillet, a reçu Fatou Bensouda et l’a aidée à collecter de nouvelles preuves à charge), et Hamed Bakayoko, son collègue de l’Intérieur. Ensemble, ils informent régulièrement le chef de l’État et font le lien avec le bureau de la procureure. À Paris, les avocats de l’Etat ivoirien que sont Jean-Paul Bénoît et Jean-Pierre Mignard suivent également le dossier et s’entretiennent régulièrement avec Abidjan sur la stratégie à adopter.

Bakayoko ne croît pas vraiment en la possibilité d’une libération rapide de Gbagbo, et ses services n’ont pas mis en place de dispositif approprié. Toutefois, un système d’alerte existe déjà, qui s’appuie à la fois sur la gendarmerie, la police et l’armée, et qui pourrait être activé très rapidement s’il s’avérait nécessaire de contenir des débordements de joie (à Yopougon par exemple) ou des manifestations de mécontentement à Abobo, Adjamé ou Attécoubé, des quartiers réputés acquis à la cause du Rassemblement des républicains (RDR, au pouvoir) ».

Après avoir lu cet article, venant de Jeune Afrique, soutien inconditionnel du régime ivoirien d’Alassane Ouattara, j’ai eu vraiment froid au dos pour mon pays. Pour son avenir surtout. Dans ce bref extrait, tout y est : la haine, le tribalisme, le clientélisme et un avenir du pays chaque jour compromis.

La haine d’un homme contre  la libération duquel on est prêt à tout. Ici, ce n’est pas la justice qui compte ou le combat contre l’impunité. Ce n’est pas non plus la justice équitable au nom de laquelle, on a envoyé un compatriote devant la justice internationale. Derrière des propos vertueux, on veut abattre un homme. Au seul nom de la HAINE ! Mais pourquoi donc une telle haine ? Le président de tous les Ivoiriens, ne veut pas entendre parler de la libération d’un autre Ivoirien par la justice internationale qui n’a pas de preuves contre lui.

Cette haine inquiète. Elle conduit vers le mur car elle oblige ceux qui en sont remplis à aller encore et toujours plus loin ! Une fois qu’ils seront allés trop loin, ils ne pourront plus reculer et s’accrocheront alors au pouvoir, par tous les moyens, soucieux qu’ils seront alors de ne pas avoir à rendre compte des conséquences de leur haine. Ils vont, s’il le faut, recourir à la modification de la Constitution pour demeurer au pouvoir au-delà des deux mandats et de la limite d’âge !


Amadou Gon Coulibaly,
ministre d’État et secrétaire général de la Présidence, capitaine d’équipe

L’équipe de la gestion de la haine est exclusivement composée de frères ressortissants du Nord ! Encore nous et toujours nous ! Amadou Gon Coulibaly, ministre d’État et secrétaire général de la Présidence ; Mamadou Diané, conseiller spécial chargé des affaires juridiques ; Gnénéma Coulibaly, le ministre de la Justice et Hamed Bakayoko. Pour le « rattrapage » nous sommes en première ligne ! Pour la haine aussi, le tribalisme est omniprésent !

Et pourtant, les ministres Haned Bakoyoko et Amadou Gon Coulibaly ont été des années durant des collaborateurs du président Laurent Gbagbo, gérant des ministères de souveraineté avec des budgets colossaux.

Dr Issiaka Térémaban, militant de base, AIRD



23:38 Publié dans Analyses politiques | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Ils sont remplis de haine pour Gbagbo.Ça sera une malédiction pour leur descendance comme celle de Hitler.
Que le diable qu' ils servent ait leur âme . Et vive la délivrance du Nord !!!

Écrit par : illahry | 29/10/2013

c'est purement honteux une cpi dévoyée et les pays africains doivent se retirer du traité de rome c'est un tribunal manipulé.. que la cote d'ivoire y reste car ouattara devra e^tre jugé et ses chefs de guerre un jour ..à leur tour ce sera pour le bienfait du pays et du continent africain..

Écrit par : nadia | 29/10/2013

De tels articles ne me surprennent plus. La réaction des personnes citées est légitime quand on sait que ce sont eux qui ont œuvré pour livrer le Président Laurent Gbagbo aux mains d'une certaine "justice"; comme je ne suis pas ému quand des Chefs d'Etats africains regroupés aux seins de l'Union Africaine menacent la CPI. N'importe j'ai envie de dire...

Écrit par : Emissah YAPI | 30/10/2013

Je pense pour ma part qu'aucun ivoirien n'a droit à être contraint à l'exil ou à la prison sans raison valable. S'il n'y a rien à reprocher au Président GBAGBO comme délit condamnable, il faut lui donner sa liberté, chose à laquelle tout être humain aspire. N'oublions pas que ce dernier a servi notre pays pendant 10 ans et quelque soit notre bord politique, nous devons contribuer au développement de notre chère Nation la CI dans la paix et la liberté à quelque niveau que ce soit..

Écrit par : Laure DEBI DAGO | 30/10/2013

tous les actes positifs ou négatifs qu'ils posent engendreront des rétributions karmiques c'est la causalité elle s'applique toujours peut importe le temps

Écrit par : 2kf | 31/10/2013

Les commentaires sont fermés.