topblog Ivoire blogs

04/09/2011

Déclaration du 25 juillet 2011, du Ministre Eric KAHE, président de l'AIRD

Déclaration du président de l'AIRD.

Depuis un certain temps, des militants LMP de l'Alliance Ivoirienne pour la République et la Démocratie (AIRD) et certains de mes proches parents sont traqués, notamment à Duékoué, ma région natale. Alors que les motifs nous étaient inconnus au départ, il nous revient maintenant que cette traque répondrait à un besoin de récupérer des armes que j'aurais distribuées, alors que le même motif a servi de prétexte aux pillages à grande échelle, sur deux jours, de ma ferme agro-pastorale et hôtelière qui abrite ma résidence, sans trace de la moindre cartouche, du moindre fusil de chasse, après des fouilles de fond en comble.
Je voudrais à nouveau m'incliner, avec respect, devant la mémoire de tous ceux qui, moins chanceux que nous, ont perdu la vie.
Déjà, j'ai officiellement saisi le Représentant Spécial du SG de l'ONU en Côte d'Ivoire pour élever la protestation la plus vive, suite à un rapport (non officiel?) et faire part de ma profonde indignation face à de prétendus témoignages et des dénonciations calomnieuses dont l'objectif est de justifier des crimes abominables de sang et des crimes économiques dont les populations de Duékoué, mes parents et moi même avons été victimes. Sous la pression des organisations de défense des droits de l'homme, les auteurs et complices de ces crimes, par des témoignages ridicules et fallacieux semblent viser divers objectifs: se démarquer d'alliés encombrants tout en justifiant leurs actes comme la suite logique de faits postérieurs.
Nonobstant l'impérieuse nécessité de réconciliation au nom de laquelle j'ai jusque là gardé le silence, réconciliation qui ne saurait par contre "être un slogan" ou des actions de réjouissance populaire sans contenu exact, je voudrais rappeler que le faux témoignage est passible de poursuites judiciaires.
Au nom des valeurs morales que nous avons en partage, je voudrais humblement inviter celles ou ceux qui sont à la base de ces dénonciations calomnieuses, qui induisent en erreur et mettent en péril la vie d'innocentes personnes, à cesser de telles pratiques. Il n'y a aucune honte à se détourner du mal ou à reconnaître que l'on s'est trompé, surtout quand est en cause la vie de ceux qui, à défaut d'être des électeurs, sont tout au moins des frères ou des sœurs.
Pour ma part, suite aux méchants pillages dont j'ai été victime et sous le choc des nombreuses pertes de proches, j'ai dû me résoudre à prospecter d'autres cieux en quête des moyens nécessaires à mes devoirs incompressibles. Le moment venu, je retournerai auprès des miens, auprès des Ivoiriens, pour compatir à leurs souffrances et partager avec eux notre idéal commun de fraternité, de solidarité, de justice et de paix, dans l'Amour et les Grâces de Dieu, pour en quelque sorte reprendre ma place et non celle de quiconque. Je me refuse à tomber dans le piège de la spirale de la violence, de la rancœur et de la vengeance. Et je n'ai pas l'intention, non plus, de céder à un quelconque chantage, sur fond d'ambitions locales.
Autant je suis prêt à répondre des actes que j'aurais eu à poser dans le cadre de mes fonctions de ministre du Commerce, puis de la Réforme Administrative et de celles de Conseiller Spécial du Président de la République, de président de l'AIRD ou de porte parole du CNRD, autant je ne puis accepter que l'on puisse réduire à néant mes constants efforts de rassemblement, de promotion des valeurs républicaines et de cohésion sociale ou m'inviter à me renier. Celui qui triomphe par son refus de reniement ne peut que haïr le reniement, conscient que le reniement par le ralliement de la 25ème heure est toujours un piège. Croire servir un chef par ce qu'il a lui-même rejeté hier, c'est mal le servir. L'on peut être soi même, rester fidèle à ses convictions et à ses amitiés et servir la République, dans le strict respect de ses fondements. Compagnon de Djény Kobéna avec qui j'ai partagé bien des combats, je milite à LMP sans en être jamais inquiété.
Si dans le cadre des fonctions évoquées plus haut, j'ai pu offenser, nuire à quelqu'un ou à la Côte d'Ivoire, je voudrais solennellement demander pardon. Mais de grâce, et prenant la nation à témoin, que des allégations mensongères bâties sur des extrapolations n'associent guère mon image à des activités liées de près ou de loin à des milices ou à des armes. L'honneur d'un homme n'est pas à brader.
La première responsabilité d'une femme ou d'un homme politique, d'un groupement politique ou même d'un peuple c'est d'assumer, d'assumer ses actes, d'assumer son histoire. La nôtre est celle de nos 322 mille km². Celle de nos 60 ethnies, de notre géopolitique, de notre tribalisme rampant mais jamais avoué, de nos choix de développement économique et social, de notre usage de la religion et du tribalisme à des fins politiques, de notre ouverture incontrôlée suivie de notre besoin de souveraineté, de notre politique du pardon et du dialogue ou encore de nos accords politiques qui se sont parfois mués en immunité et en impunité, de nos forêts séparées de nos savanes par le "V" baoulé, etc.
Même si, par extraordinaire, nous n'aurions rien à assumer, assumons au moins le destin. C'est en assumant que nous découvrirons sans doute que le futur dirigeant des Ivoiriens doit se doter du charisme démocratique et du courage des uns doublé du carnet d'adresses et de la détermination des autres. Peut-être aura-t-il besoin de la sagesse de notre plus vieil appareil! Il n'a pas besoin, pour cela de se renier. Les va-t-en guerre n'ont aucune place dans la Côte d'Ivoire de demain. Une dernière prière: merci de bien lire cette déclaration avant de la juger, librement.

Eric KAHE
Le 25 juillet 2011.



















































































02:46 Publié dans 2-Déclarations du Président de l'AIRD | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Je suis très heureux de recevoir ce blog conçu dans une parfaite intelligence par le président de l'AIRD lui même ingénieur concepteur systèmes informatiques. C'est un espace qui permettra à tous les jeunes cadres ivoiriens de s'exprimer librement et surtout de participer de façon constructive au débat politique de notre pays tout en soutenant les idées et les actions démocratiques de l'AIRD qui est un parti politique émergent et en pleine expansion malgré la situation socio politique du moment. Encourageons et soutenons son leader le ministre Eric Kahé à aller de l'avant afin de donner la vraie dignité à toute la Côte d'Ivoire entière. Brièvement Jonas Taye

Écrit par : Jonas Taye | 12/09/2011

Les commentaires sont fermés.