topblog Ivoire blogs

27/03/2007

DÉCLARATION DE L'AIRD RELATIVE À LA SITUATION POLITIQUE EN CÔTE D'IVOIRE

Selon une dépêche de Ivoire Presse Média (IPM) citant M. Alain Lobognon, directeur de communication des Forces Nouvelles (FN), le camp présidentiel et les FN ont désigné lundi  à Ouagadougou, M. Guillaume Soro comme le nouveau Premier Ministre de Côte d'Ivoire.

Cette désignation qui sera suivie par une réunion du Conseil de Sécurité de l'ONU demain mercredi en vue très certainement d'endosser l'accord de Ouagadougou du 4 mars 2007 dans le cadre duquel se situe cette désignation participe de la mise en place du nouveau gouvernement chargé de conduire la Côte d'Ivoire à la paix à l'issue d'élections justes et transparentes.

Cet accord, émanation du Dialogue Direct initié par le Président de la République en vue de mettre fin aux souffrances de son peuple, et signé au mémorable jour J du 4 mars 2007, est assorti d'un chronogramme précis prévoyant :

·        La signature de l'accord politique de Ouagadougou à la date J

·        la mise en place du Centre de Commandement Intégré à J + 2 semaines

·        la mise en place du cadre institutionnel d'exécution de l'Accord à J + 4 semaines

·        la formation du Gouvernement à J+ 5 semaines

·        la suppression de la zone de confiance et la mise en place des unités mixtes, une semaine après la formation du gouvernement, soit à J+6 semaines

·        le démantèlement des milices sur une durée de deux semaines et cela deux semaines après la formation du Gouvernement, soit à J+7semaines;

·        le regroupement (rassemblement par unité des ex-combattants dans les sites de regroupement et stockage des armes sous la supervision des Forces Impartiales) avec redéploiement de l'Administration et début des audiences foraines deux (02) semaines après la formation du gouvernement, soit à J+7semaines, pour une durée de trois (03) mois;

·        etc.

En sa qualité de membre du CNRD et convaincue de la pertinence de cet accord et de l'intérêt qu'il représente pour la Côte d'Ivoire qui connaîtra la fin des désordres institutionnels avec la mise en place d'un régime dont la légitimité se souffrira d'aucune contestation, l'Alliance Ivoirienne pour la République et la Démocratie (AIRD), apporte son soutien résolu et irréversible à l'accord de Ouagadougou et se félicite de son application rigoureuse et sincère par le Président de la République dont le sens élevé  de la nation et de la république et le caractère sacré qu'il accorde à la paix lui ont valu de consentir des sacrifices.

Le Bureau Politique de l'AIRD observe que les points actuellement en application et qui ne connaissent heureusement aucun accroc sont ceux portant sur les concessions faites par le camp républicain. Il est donc à espérer qu'au contraire de Marcoussis, d'Accra II, de Prétoria, et autres Résolutions Onusiennes, l'accord de Ouagadougou ne se limite pas à un partage de postes mais que cette obtention de postes soit assortie du devoir de responsabilité vis à vis du peuple et de la république.

L'AIRD invite tous les Ivoiriens et singulièrement tous les acteurs politiques, arbitres ou parties prenantes directes ou indirectes à la crise, à s'inscrire sincèrement et avec courage dans l’application non biaisée de l'Accord de Ouagadougou et à se détourner de toute surenchère ou ruse tendant à prolonger inutilement les souffrances de nos compatriotes et des populations qui ont choisi de vivre en Côte d’Ivoire.

La force de cet accord se trouvant dans son appropriation par les Ivoiriens eux-mêmes, l'époque de la tutelle internationale est révolue et faire croire que les seules déclarations de bonne intention suffiront à obtenir des résultats satisfaisants reste tout simplement illusoire, voire démagogique.

L'AIRD, reconnaissante au peuple ivoirien de sa patience et de sa détermination  à la prise en main de son destin, invite chaque Ivoirienne, chaque Ivoirien et particulièrement chacun de ses militants, à quelque niveau de responsabilité qu'il soit à continuer de faire sien cet Accord pour un retour rapide de la paix, au bénéfice de tous car aucune paix acquise par consensus comme celle de l'Accord de Ouaga ne saurait exclure personne. La paix au service  de la République est au service de tous.

 

Fait à Abidjan le 27 mars 2007

Le Bureau Politique de l'AIRD

22:18 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |